Il y a quarante ans : 1968...

/ Article - écrit par krinein, le 11/05/2008

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - 2 réactions

... on était en plein mois de mai 1968. Veuillez noter avec quelle ponctualité et quel sens de l'à propos l'équipe krinein vous sert ses articles rétrospectifs. Alors que la révolte étudiante battait son plein, krinein n'était pas né, les rédacteurs de krinein n'étaient pas nés non plus, et il devient de plus en plus difficile de trouver dans nos archives de quoi remplir ces articles rétrospectifs. Continuons tout de même, pour la gloire, pour la beauté du geste, par simple obstination ou peut-être aussi parce qu'en faisant les fonds de tiroirs, on a quand même retrouvé quelques articles qui valaient le détour (ou pas) :

Cinéma


Visionnaire, Kubrick sort 2001 l'Odyssée de l'Espace, un trip métaphysique et abscons inspiré d'Arthur C. Clarke, qui lui même décédera 40 ans plus tard. Voilà qui est dit. Car les astronautes qui font des pirouettes sur fond de Strauss, c'est mignon, mais c'est un peu un non-événement pour certains. D'abord, il y a la Planète des Singes qui sort la même année (avec Charlton Heston, qui cassera également sa pipe 40 ans plus tard, décidément...). Ensuite, le vrai phénomène, ce sont deux films qui changeront considérablement le visage du cinéma d'horreur. En 68 en effet, George Romero sort la Nuit des Morts Vivants, dont la France n'aura d'ailleurs pas le droit à temps. Conscient que le vent tourne, William Castle, sympathique Monsieur Loyal de série B à l'ancienne, produit pour sa part Rosemary's Baby et impose Polanski à la réalisation. Adieu brume, poussière et squelettes, la tendance sera désormais au réalisme, malgré un assaut final de la tradition gothique avec un chapelet de films ironiques ou décadents, dont Vierges pour le Bourreau, en Italie. L'ironie du sort ayant parfois un sens de l'humour mordant, 68 devient d'ailleurs une date charnière pour William Castle, qui, mis hors-course par son propre coup d'éclat, ne fera plus rien de vraiment probant par la suite. De son côté, Sergio Leone va bien. Il mange bien, et lâche ce qui reste pour certains l'apogée de sa carrière, Le Bon La Brute et le Truand. Signe qui ne trompe pas, Clint s'impose alors que John Wayne périclite, ce qui ne l'empêche pas de botter les fesses des Communistes dans les Bérets Verts. Preuve qu'on ne respectait déjà plus grand chose en cette veille des années 70, James Bond subit des avatars plus ou moins pertinents, tel Opération Frère Cadet, et le vénérable King Kong revient grogner et faire sonner sa revanche dans un film japonais, signé du papa de Godzilla, d’ailleurs déjà coupable d'un King Kong contre Godzilla quelques années auparavant. Quant à François Truffaut en France, il continue la saga d'Antoine Doinel avec Baisers volés.

Musique


En 1968, Renaud écrit sa première chanson au coeur de la Sorbonne occupée. Prémices de son album Rouge Sang ? Pas franchement...
En novembre, Frank Zappa, tout frais, se livre à un premier concert sur la scène de l'Olympia.

Johnny Hallyday et son Histoire de Bonnie and Clyde, caracolaient au box office tandis que Serge Gainsbourg (le père de Charlotte) écrivait sa version de l'histoire, et qu'un film du même nom était sorti l'année précédente.
Le 30 mars naissait Céline Dion, pas encore concurrencée par Isabelle Boulay.

Médias


S'il ne fallait citer qu'un évènement télévisé dans la France de 1968, ce serait la première diffusion de la série-culte de Patrick McGoohan Le Prisonnier. Mais il serait injuste d'ignorer les séries à la vie plus longue qui nourrissent également cette année féconde : la deuxième saison de Mission impossible, la troisième des Mystères de l'Ouest, la quatrième de Ma sorcière bien-aimée et la première de Max la Menace, dont l'adaptation cinéma arrive en juillet de cette année. En revanche, si Batman termine sa troisième saison aux USA, celle-ci n'arrivera en France qu'en 1986.

L'Hexagone se rattrape en créant les Shadoks, narrés par Claude Piéplu.

BD

Newton dans la Rubrique-à-Brac
Newton dans la Rubrique-à-Brac
1968, c'est l'année de la contestation en bande dessinée aussi. Chez Pilote par exemple, la révolte gronde (sans grande raison de l'avis de ceux qui le racontent à posteriori) alors que la Rubrique-à-brac de Gotlib vient de commencer, et que le nouvel album d'Astérix atteint les librairies : Astérix aux Jeux Olympiques est encore loin d'être le soufflé cinématographique de l'année.

Le 26 janvier, Alain Ayroles naissait sans dévoiler au monde qu'il comptait déjà écrire De cape et de crocs trente ans plus tard. Aux USA, chez Marvel, mai 1968 est la date du premier numéro de Invincible Iron Man (le personnage n'évoluait depuis cinq ans que dans Tales of Suspense).

Manga


Année faste pour le manga, 1968 voit la naissance de Ken Akamatsu, l'auteur de Love Hina, AI Non Stop et Negima!
C'est aussi l'année de la création de la branche manga de la Shueisha, et de son magazine de prépublication, le Weekly Shônen Jump, qui verra plus tard dans ses pages des petites séries confidentielles comme Dragon Ball, Saint Seya (Les Chevaliers du zodiaque), Kenshin, City Hunter, Cat's Eye, j'en passe et des meilleurs. Parmis eux, Gen d'Hiroshima. Oui, ça surprend.
Osamu Tezuka termine cette même année Astroboy, Dororo et surtout Princesse Saphir pour publier les 3 volumes de Prince Norman cette même année. Le monsieur était prolifique, on le savait.
Autre grands messieurs du manga et de l'anime, Isao Takahata et Hayao Miyasaki sortent Horus, Prince du Soleil, leur premier film en commun, et le premier dans lequel ils auront un rôle plus élevé que celui du simple animateur.
En France, l'année 68 est une année vide pour le manga. Tout comme 67 avant elle et toutes les autres années. Tout simplement parce que le premier manga édité en France date de 69.

Livres


1968 voit poindre deux ouvrages majeurs de la science-fiction : La Nuit des temps de Barjavel et Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick (qui inspirera le film Blade Runner). C'est également l'année de publication du roman Le Parrain de Mario Puzo, qui a donné naissance au film du même nom, et du roman 2001 : L'Odyssée de l'espace... mieux connu lui aussi sous sa forme cinématographique (les deux ayant été écrites conjointement). Mais que ferait le cinéma sans la littérature ?...
42 étant, comme chacun sait désormais (oh, tiens, encore une adaptation !), la réponse à tout, on ne s'étonnera guère de ce que la somme des chiffres du nombre 1968 ne soit rien moins que la permutation des chiffres du nombre 42... cqfd.

Il y a dix ans : 1998
Il y a vingt ans : 1988
Il y a trente ans : 1978

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Cinéma